Facebook et les jeux alternatifs

2010, May 23    

Si vous suivez quelque peu ce blog, vous devez savoir que je suis assez intéressé par le développement de jeux alternatifs sur la plateforme Facebook. Je parle ici de vrai jeux, et non pas d’applications types « Paf le chien » et consorts.

Lorsque je parle de cela, on me rétorque souvent : « Mais pourquoi sur Facebook ? » Voici donc une liste d’arguments de points qui m’incitent à développer sur cette plateforme.

Les utilisateurs

En publiant son jeu sur Facebook on peut voir deux positions par rapport aux utilisateurs. Tout d’abord, on peut considérer qu’on se coupe d’une partie du public potentiel du web. En effet, tout le monde n’est pas sur Facebook. Cependant, on peut aussi voir de l’autre côté. Je m’explique.

Beaucoup de monde est sur Facebook. Les personnes qui jouent sur le web y sont très souvent d’ailleurs. Cependant, les gens ne jouant pas (ou pas trop) y sont aussi. Une grande partie de mes « amis » sur cette plateforme ne joue pas sur des sites web. En revanche, ils jouent assez fréquemment sur Facebook. On attire ainsi un public qui ne serait jamais venu jouer. On se coupe un petit peu de certains toujours c’est vrai, mais le nombre de personnes n’étant pas sur Facebook est assez limité tout de même.

L’inscription

Et oui, pas besoin de gérer la partie « inscription » du site. Facebook fait tout cela. L’utilisateur a juste à accepter l’utilisation et c’est parti il peut jouer. Le « Facebook Connect » peut vous aider à faire cela sur un site externe aussi il est vrai. Cependant, le problème est le même que tout à l’heure, l’utilisateur n’est plus sur Facebook, il faut donc le faire venir sur son site.

Référencement / Viralité

Lorsque l’on fait un jeu, une des grosses parties du boulot post-production se situe dans le référencement. Avec une application Facebook, le problème n’est pas le même. Une fois que vous avez réussi à avoir quelques bêtas testeurs, ceux-ci vont publier sur leur profil à partir du jeu (il faut éviter de faire ça trop souvent, l’utilisateur n’aime pas). Cela va engendrer l’effet dit de  » viralité » qui colle tant à la peau de Facebook :)

La où le défi se situe à mon avis, c’est dans le fait de faire perdurer l’application. En effet, souvent on oublie les anciennes applications. A vous de faire que cela ne soit pas le cas pour la votre !

Voilà, c’était un petit tour de la chose. J’attends vos avis et vos idées avec impatience :)